Peace and love

L’agressivité est présente partout dans la vie quotidienne.

Le matin, quand j’allume la radio. Les journalistes agressent les invités afin de les déstabiliser et de pouvoir peut-être provoquer « la » phrase de trop, qui fera le « buzz ». Les politiques agressent en permanence leurs adversaires, empêchant ainsi tout débat d’idée constructif.

Les patients m’agressent parfois, mais heureusement ça reste rare. Mme H. m’engueule à l’interphone parce que je passe à 11h30 au lieu de 14 heures. Je ne la blâme pas, mais le message serait tout aussi bien passé un ton en dessous. Mr C. me traite de connasse car j’ai fait répéter le nom de sa mère trois fois au téléphone. Pas de ma faute si elle est espagnole et que je ne comprends rien, non ? Pourquoi n’a t-il pas pris le combiné pour me répéter simplement son nom.

Les patients me racontent leurs agressions au quotidien : c’est tour à tour leur employeur, leurs collègues, ou leur conjoint. Ils en souffrent.

Le soir quand je rentre, on me klaxonne quand je ne démarre pas assez vite. Et ce pauvre petit papi qui peine à faire un créneau dans sa Fiat Panda, qu’est ce qu’il se prend !

A force de tant d’agressivité ambiante, tout le monde se sent agressé pour un rien (moi la première, en passant).

Oui, j’ai dit que le statut de remplaçant me gênait parfois quand les médecins remplacés avaient des habitudes de prescription différentes des miennes. Et j’ai donné les antibiotiques en exemple, même si j’aurais pu parler d’autre chose. J’avais en tête ce remplacement chez le Dr Bactrim, qui adorait prescrire du Bactrim pendant 8 jours pour la moindre pharyngite. Bon…attitude discutable, non ?

Mais je n’ai jamais dit que je ne prescrivais pas des ATB en excès moi aussi ! Devant des angines fébriles qui traînent à streptatest négatif, j’ai prescrit des antibiotiques. Devant une bronchite virale, j’ai prescrit des antibiotiques. J’essaye de faire au mieux, mais face au patient ce n’est pas toujours facile, je le sais.

Alors je suis vraiment désolée de voir que des médecins généralistes se sont sentis agressés à mes propos. Je ne prétends pas du tout être un super médecin supérieur à la moyenne des généralistes.

Cette agressivité ambiante est tellement omniprésente qu’on a tendance à ne plus la voir. Mais ses effets délétères n’en sont pas moins présents. Combien de déprimés, d’insomniaques, en sont les victimes ?

En ce qui me concerne, quand je suis dans ma bulle ça va : je joue de la musique ou je pars en voyage avec mon amoureux, et je suis complètement zen. Mais dès que je m’immerge à nouveau dans ce bouillon d’agressivité qu’est notre société, je redeviens l’anxieuse chronique, qui lutte pour ne pas aller chercher la boîte de Lexomil au fond du placard.

 

Publicités
Poster un commentaire

1 commentaire

  1. assez d’accord avec ce que tu as écrit.
    J’ai lu les échanges précédents et je n’ai pas vu d’offense ou d’attaque gratuite de ta part en tous cas
    Bonne continuation

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :