Hommage aux peuples des montagnes

Aujourd’hui il a fait beau et chaud. Il flotte un parfum d’été très agréable après toute cette grisaille. La lumière de fin du jour est douce et chaude. Nous sautons sur l’occasion et nous offrons un petit resto en bord de mer. Juste comme ça, pour le plaisir. La mer est calme, quelques personnes osent la baignade, des enfants passent, juchés sur des poneys.

Il est songeur. Je lui demande à quoi il pense. « Aux gens que l’on a rencontrés pendant le voyage, qui vivent toute l’année dans le froid. Tu te rends compte de la chance qu’on a ? »

Je me rappelle de ces terminaux de bus au petit matin, dans lesquels il est impossible de trouver une place. La température est glaciale malgré la foule compacte et grouillante.

Je me rappelle de ce village perché à plus de 4000 mètres d’altitude, où les paysages sont beaux à couper le souffle. Il n’y a pas d’eau chaude, seulement un robinet d’eau froide à l’extérieur. Dès qu’il pleut, l’électricité est coupée et le village est plongé dans le noir. Et il pleut presque tous les jours après 15 heures.

Je me rappelle de ces femmes aux longues tresses et leurs chaussettes en laine, leurs châles, leurs pulls, et leurs sandales. Je rêvais pour elles de bottines fourrées.

Et ces enfants aux joues pourpres, forcés de faire la manche. On leur achetait parfois des petites figurines en laine, mais le plus souvent on leur passait devant rongés par la culpabilité.

Ces jeunes filles qui épluchent les patates dans le noir, à la nuit tombée. On leur avait prêté notre lampe frontale, et ça les avait tellement fait rire.

Ce guide sans âge qui ascensionne trois fois par semaine un volcan culminant à 5800 mètres d’altitude. Il rêve de découvrir les Alpes un jour.

Je me rappelle de chacun d’entre eux. Comment réagiraient-ils s’ils étaient directement téléportés à ma place devant mon carpaccio ? Seraient-ils surpris de découvrir une vie dépourvue de toute rudesse ?

Je ne sais pas si je mesure bien notre chance, je sais que j’ai parfois tendance à oublier un peu. Mais ce soir, nous pensons très fort à eux, et nous nous resservons un peu de rosé, à leur santé !

Publicités
Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. Je surf de plus en plus souvent sur la toile avec la découverte de Hommage aux peuples des montagnes | granadille.

    Réponse
  2. Un énorme bravo pour Hommage aux peuples des montagnes | granadille qui malgré un thème abordé à mainte reprise réussi assez aisément à tirer son épingle du jeu.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :