Médecine générale ? Mais quelle idée !

Petite fille, je n’ai jamais rêvé d’être docteur. Selon les périodes, je voulais devenir maîtresse d’école, vendeuse, fermière ou archéologue.

Après j’ai été une ado rebelle, le monde était pourri, je voulais m’extraire de tout cela, parcourir le monde ou vivre sur une île déserte. 

En terminale, pas follement attirée par les prépas dans lesquelles on voulait me pousser, j’ai finalement choisi médecine, un peu par hasard. Mes parents étaient contents, et, même si je n’avais qu’une vague idée de mon avenir, ça me plaisait bien. On verrait bien.

A la même époque, j’ai commencé à suivre la série Urgences à la télé. Et je me suis pris de passion pour le personnage d’Abby Lockhart. C’était mon modèle, elle était ultra compétente, humaine, drôle, avec bien sûr un côté obscur qu’elle combattait courageusement.

 

Externe, j’ai tour à tour voulu devenir neurologue, cardiologue, infectiologue, gynécologue, urgentiste, pédiatre, et même anesthésiste-réanimateur (ce qui est étonnant, étant donné ma piètre gestion du stress).

Presque toutes les spécialités y sont passées, sauf la médecine générale bien sûr. Je deviendrais une Abby gynéco ou pédiatre, accumulant les nuits de garde mais toujours fraîche, les cheveux au vent.

Abby généraliste, ça ne le faisait pas vraiment en fait.

Parce que la médecine générale, c’était pas, mais alors pas du tout glamour.

Nos professeurs nous brandissaient la menace de la médecine générale dans la Creuse dès qu’on glandouillait un peu (d’ailleurs, à lire le dernier billet de Gélule et ses commentaires, c’est à croire qu’on a tous été dans la même fac).

Pendant nos stages, les médecins généralistes étaient sans cesse dénigrés :

« Pff, adressée pour chutes à répétition depuis 10 jours et maintien au domicile impossible, c’est un motif urgent, ça ? N’importe quoi ces généralistes »

« Pfff, j’en ai marre de ces généralistes qui prescrivent des ATB au moindre pic de fièvre. Maintenant les hémocultures sont décapités »

Et Pfff et Pfff et Pfff…

Je n’ai absolument rien contre les spécialistes, qu’on se le dise, et loin de moi l’idée de faire du mauvais esprit. Mais certains devraient comprendre que l’exercice du généraliste ne se résume pas aux seuls patients qu’il envoie à l’hôpital. Ce n’est que la toute petite partie émergée de l’iceberg.

Bref, tout ceci explique, à mon avis, ce jour inoubliable de séminaire sur la médecine générale, quand j’étais en 4ème année de médecine. A la question « Combien d’entre vous veulent devenir généraliste », un étudiant seulement a levé la main (pour l’anecdote, il est maintenant chirurgien). Nous étions plus de 150.

Voila voila…mais avec tout ça j’étais bien embêtée moi, quand j’ai du choisir mon orientation. Après une réflexion acharnée, j’en ai conclu que le meilleur moyen de concilier mon goût pour toutes ces spécialités et mon besoin de contacts humains, c’était de choisir la médecine générale.

Autour de moi, sauf quelques amis et mon amoureux, tout le monde a été vachement surpris. « Médecin généraliste ??? Mais pourquoi pas neurologue ? Pourquoi pas pédiatre ? C’est que tu as envie de te la couler douce ? C’est que tu as peur de ne pas y arriver si tu choisis autre chose ? Tu peux changer d’avis après ? Tu pouvais pas faire autrement ? »

J’ai fait mon premier stage d’interne aux urgences. Ca m’a plu, l’idée de faire le DESCde médecine d’urgence m’a effleuré l’esprit mais sans plus.

J’ai fait mon deuxième stage dans un service de médecine en hôpital périphérique. Ca m’a plu aussi, je me suis dit que je pourrais peut-être travailler à l’hôpital plus tard, ils embauchent des généralistes dans les petites villes.

J’ai fait mon troisième stage dans un service de maladies infectieuses en CHU. J’ai envisagé très sérieusement de faire le DESC, mais j’ai voulu me laisser quelques mois de réflexion.

Grand bien m’en a pris !

Car pour mon quatrième stage, j’ai fait la connaissance de Rico qui a envoyé bouler Abby d’un grand coup de pied aux fesses.

Rico, c’était mon maître de stage, un médecin généraliste. Un modèle de compétence, de sagesse, d’humilité. Il m’écoutait toujours attentivement, ne parlait pas beaucoup. Mais quand il ouvrait la bouche, c’était toujours sensé. Il était comme ça avec les patients aussi. Il se remettait beaucoup en question, et je me demandais pourquoi, toute bluffée que j’étais par toutes ses connaissances.

Il a été le premier à m’enseigner les rudiments de la communication entre médecin et patient. Il m’a parlé de Martin Winckler. Il m’a fait participer à un groupe de pairs. J’ai découvert la partie immergée de l’iceberg.

J’ai découvert que les médecins généralistes n’étaient pas des nuls ou des médiocres. Certains le sont peut-être, mais c’est comme dans tous les corps de métier. J’ai découvert qu’ils ne faisaient pas que soigner des rhino ou des gastro. J’ai découvert qu’il était impossible de s’ennuyer, tellement chaque journée était riche et complexe.

J’ai juste regretté de faire toutes ces découvertes au bout de sept longues années d’études.

Exit Abby, l’hôpital et le DESC de maladies infectieuses, j’ai décidé d’être généraliste pour de bon.

Bien des mois plus tard, lors d’un remplacement, j’ai vu un petit bébé de 3 mois un vendredi soir à 18 heures. J’étais très fatiguée, à la bourre, j’avais encore du monde en salle d’attente. Il était très enrhumé, et j’ai eu un doute sur une bronchiolite. C’était un tout petit doute, mais je ne me sentais pas sure de moi, et je savais que j’étais trop fatiguée pour avoir un jugement correct. La maman était angoissée, il ne m’en a pas fallu plus pour les envoyer aux urgences.

Deux heures plus tard, alors que je venais de finir, j’ai téléphoné aux urgences pour avoir des nouvelles. L’interne a été exécrable, et m’a parlée comme à une demeurée, me disant que si j’envoyais tous les gamins enrhumés que je voyais aux urgences, on n’allait pas s’en sortir.

J’ai eu envie de lui hurler « Hé poulette, tu vas la mettre en veilleuse hein, moi j’étais toute seule avec une salle d’attente pleine et mon seul jugement. Toi tu as tes co-internes, ton chef, les infirmières,  un labo et un service de radio si besoin. »

Je me suis tue. J’étais bel et bien passée dans la partie immergée de l’iceberg.

1- DESC = Diplôme d’Etudes Spécialisée Complémentaires. C’est, en gros, un moyen de se spécialiser un peu plus dans un domaine précis

Publicités
Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

11 Commentaires

  1. Quand on lit tous les blogs on se rend compte que c’est dans toutes les facs pareil… Le dénigrement de la médecine générale (sauf pour remplir les stages hospitaliers…) que tu relates ressemble a ce qui se passe chez nous. Encore un beau billet.

    Réponse
    • Eh oui… mais depuis mon externat, les choses ont déjà bougé. Il y a des stages en MG dès la 4ème année, plus de séminaires, les généralistes enseignants qui se battent. Lentement mais surement, j’ai l’impression (enfin j’espère) que les mentalités sont en train de changer.
      Merci !

      Réponse
  2. J’aime beaucoup ta manière d’écrire.
    Merci pour ces morceaux de vie !

    Réponse
  3. Un magnifique plaidoyer pour la Médecine Générale : bravo !
    (NB : le billet de Gélule est très bien lui aussi !)

    Réponse
  4. dr kalee

     /  juin 19, 2012

    Je vous confirme, on a tous les mêmes profs!! Mais effectivement ça progresse doucement…

    Réponse
  5. Mouais …
    Question plaidoyer pour la MG, faudra repasser, parce que là …
    Autant Gélule ou Genou des Alpages font partie des médecins généralistes que j’admire, auxquels je présente mes respects la tête baissée et un genou à terre, autant ce témoignage fait partie des innombrables choses qui m’ont fait me demander « Mais que fais-je en MG ? » lorsque j’ai découvert le monde merveilleux des généralistes libéraux de ville, et qui m’ont fait me demander « Mais pourquoi n’ai-je pas redoublé ma D4 ? Ah oui, parce que je n’ai pas eu de stage en MG avant l’internat ! En cela, je suis aussi content qu’il soit devenu obligatoire, mais je ne pense pas qu’il soit aussi bénéfique que le souhaitent ceux qui le prônent à tort et à travers.
    Non, vraiment, assumer qu’on doute sur une bronchiolite parce qu’on est fatigué(e), l’envoyer aux urgences en appelant après (pas avant pour prévenir ? le récit n’en fait pas mention, mais cela aurait peut-être rendu l’interne de garde plus aimable …), aller à son groupe Balint en sortant, lire un bon Winckler avant de s’endormir et de rêver que tous ces salauds de spécialistes hospitaliers existeraient plus jamais de la vie … Se réjouir de toute la prévention qu’on parvient à faire, de la participation à des dépistages justifiés … Lire prescrire et apprendre, sur la base de données de la science, qu’en pratique, mieux vaut s’abstenir ? Comment peut-on accepter cela ? Sérieusement ? Comment le p’tit (ou la p’tite) P1 qu’on était en est progressivement venu à accepter cela ?

    Réponse
  6. Chouette billet, j’ai aussi toujours la hantise d’être détesté par celui qui va recevoir le patient que j’envoie aux urgences. Du coup, je fais un courrier méga-blindé (ça va lui gagner beaucoup de temps), où j’explique pourquoi je l’envoie (oui, je me justifie).
    Par contre je n’appelle JAMAIS avant. On ne tombe que rarement sur le médecin qui verra finalement le patient en question et si c’est le cas, qu’est-ce que ça va changer à part lui perdre un peu de temps par téléphone ???
    Je me souviens de mon stage aux urgences (interne premier semestre), quand un généraliste appelait, on disait « hmmmh, hmmmh hmmmh… » sans écouter, puis « OK, je note son nom » et on raccrochait sans rien noter, sans rien mémoriser. Pas le temps, trop compliqué, impossible.
    Moi, j’adore la MG, je sais ce que je « fais là » (j’ai choisi hein !) 🙂

    Réponse
  7. MarcusVinicius

     /  juillet 2, 2012

    Bonjour,

    Je lis de temps en temps des blogs comme le vôtre. Régulièrement il est fait allusion à des profs de facs dénigrant la MG et les MG.
    Je suis MG, thésé depuis 2005, installé depuis 2007. J’ai fait mes études dans la deuxième moitié des années 90, et je dois vous dire qu’au moins à Grenoble, cela n’existe pas. Je n’ai jamais entendu de profs de facs, ou de patrons de CHU critiquer les confrères généralistes. Au contraire je me souviens de quelques uns qui reconnaissaient ouvertement que la MG était probablement la spécialité la plus difficile de toutes, et de loin.

    Tout ça pour dire que les choses changent quand même.

    Réponse
    • Je suis heureuse de voir que toutes les facs ne portent pas le même regard sur la médecine générale. Et les mentalités évoluent, je suis d’accord.

      Réponse
  8. INT37

     /  juillet 25, 2014

    bonjour,
    je viens de passer l’ECN cette année et quand je lis ton billet je me reconnais totalement! Le voyage entre choix de spécialités médicales comme la pneumo ou les maladies inf (via médecine interne) ou de médecine générale, les questions incessantes concernant mon orientation. J’ai eu la chance de passer en stage de médecine générale en 4ème année ce qui n’a fait qu’amener des questions supplémentaires (pourquoi pas la méd gé?) surtout que je suis tombée avec de bons praticiens qui m’ont radicalement fait changer mon point de vue sur la médecine générale qui comme tu le dis est toujours moins bien vue (même si à Tours ça change lentement). Personnellement c’est surtout le côté travail en solo que je trouvais effrayant (même si ça aussi ça change). Par chance ou malchance, malgré un effort acharné, mon classement ne me permet pas de toute façon de prendre mes choix de départs, ceux qui m’ont amenés à faire médecine (mais que je n’ai pas cessé, pourtant,de remettre en question durant tout mon externat). Je me rends compte que je ne suis pas la seule à passer par ces phases de questionnement et quelque part ça me rassure drôlement!
    Tout ça pour dire que j’ai été très touchée de lire ton post! Et je suis sûre de ne pas être la seule dans ce cas.

    Future interne

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :