Etienne

Visite en maison de retraite, je dois réévaluer un patient traité depuis quelques jours pour une infection bronchique.

Je ne connais pas les lieux, l’infirmière m’accompagne dans la chambre. Le patient est dans un fauteuil roulant, complètement affalé sur le côté droit, les yeux dans le vague. Je le salue et me présente. En guise de réponse, j’ai droit à un grognement. L’infirmière me dit qu’il ne me répondra pas, ça fait plusieurs années qu’il ne parle plus.

Elle m’aide à le redresser pour que je l’ausculte. Ca graillonne de partout, l’infirmière m’indique qu’il fait souvent des pneumopathies d’inhalation.

Je lui prends la tension. Son bras est tellement spastique que je peine à poser mon sthétoscope pour entendre les battements. 12/7, enfin je crois.

Il n’a plus de fièvre, il reste encombré, il est stable hémodynamiquement, la saturation est bonne. Je décide de poursuivre les antibiotiques pour quelques jours, et de poursuivre la kiné respiratoire.

Au final, je passe peu de temps dans la chambre.

Dans la salle de soins, je parcours distraitement son dossier, et je tombe sur une page « Histoire de vie ». Je lis :

« Etienne naît en 1924 à Saint André, il a 2 frères et 2 sœurs, ses parents sont agriculteurs…

Je vois un garçon qui se chamaille avec une petite fille un peu plus jeune mal coiffée, il y a des canards et des poules.

…en 1946, après la guerre, il épouse Emilienne…

Il n’est pas très beau mais a un certain charme. Il embrasse fougueusement Emilienne, ça y est la France est libre et il est amoureux.

…ils auront 3 filles et 2 fils, dont un décèdera dans l’enfance…

Il tient un bébé dans les bras, il est un peu maladroit. Puis il pleure, pas très longtemps parce que ça ne se fait pas trop dans nos campagnes.

…en 1953 ils quittent Saint André pour se rapprocher de la ville. Etienne travaille sur les chantiers…

Il travaille à la construction d’un bateau. C’est dur mais il aime bien ce métier. Et il gagne un peu plus qu’à la campagne. La vie n’est pas rose tous les jours mais enfin ils s’en sortent. Parfois il s’arrête au café à la sortie des chantiers. Il boit un coup avec les autres.

…En 1987, Etienne part à la retraite. Le couple déménage à Mons, dans un petit pavillon de campagne…

Il a vieilli. Tant d’années sur les chantiers l’ont usé. Il est heureux d’être à la retraite. Il va pouvoir se reposer enfin, passer du temps avec Emilienne. Ses copains lui manquent un peu. Parfois il prend sa R5 pour aller au café des chantiers, il passe une heure avec eux. Mais ce n’est plus pareil.

…en 2002, il commence à perdre la mémoire, il a des troubles du comportement…

Il est dans le jardin, en slip. Emilienne lui hurle de rentrer, il va attraper la mort. Il fait 2 degrés, il y a du givre sur les rosiers.

…en 2007, le maintien au domicile devient impossible, il entre à La Providence. Emilienne déménage, pour pouvoir venir le voir tous les jours…

Etienne est assis dans un fauteuil, les yeux hagards, près de la fenêtre, dans la même chambre qu’aujourd’hui. Emilienne est assise près de lui. Personne ne parle.

…Actuellement, Emilienne continue à venir tous les jours. Il ne reçoit pas d’autres visites. »

Ce n’est plus « un patient », c’est Etienne. Et j’ai un drôle de pincement au cœur en partant.

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

5 Commentaires

  1. Des Etienne, Georgette, Ernestine, Raymond, j’en vois tous les jours. Avant d’être des patients, des usagers, des vieux, ce sont des hommes et des femmes, avec une vie, une histoire. C’est vrai qu’à force, on oublie, on ne se rend plus compte qu’ils ont été des enfants, qu’ils ont aimé, qu’ils ont été des parents… Merci de nous le rappeler, une piqûre de rappel ne fait pas de mal de temps en temps (tant que c’est pas une prise de sang hein, cf post précédent!)

    Réponse
    • Oui, ça me fait toujours tout drôle quand je vois les vieilles photos en noir et blanc sur les murs. Ils n’ont pas toujours été vieux, et un jour on prendra leur place de vieux.
      Merci Babeth, j’aime beaucoup ton blog, et bon courage pour l’arrivée de Georges.

      Réponse
  2. Très Joli billet! Hâte de te relire.

    Réponse
  3. Il est très beau ce billet, je le découvre un peu tard, mais j’aime beaucoup !

    Réponse
  4. Alors ça, c’est un très, très beau billet. Merci pour cette lecture qui m’a quelque peu bouleversée.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :